Protection des sites terrestres et maritimes

Notre activité

Interventions auprès du Conseil Général, de la Préfecture, de TPM, du Conservatoire du Littoral, de la Municipalité...

 Participation aux enquêtes publiques locales et environnantes.

 Actions sur le terrain ou au sein de « Collectifs » associatifs ou citoyens.

 Information du public.

 

Nos actions

 L'opposition au projet de rejets radioactifs dans la rade de Toulon (1999)

 L'acquisition des Salins d’Hyères par le Conservatoire du Littoral participation à l’enquête publique (2000)

 Le classement de la presqu'île de Giens (2000)

 L’acquisition du hameau des Pesquiers et de la Pinède de la Capte à Hyères (2002)

 La préservation de la zone agricole du Domaine de Sainte Eulalie pour éviter un projet de golf et un important ensemble immobilier ( 2007/2008)

 La préservation du massif de la Sabatière, du site du Petit Lac et des espaces boisés depuis 1991

 Les interventions contre la déforestation, massifs de la Californie et du Paradis (2007)

 L'acquisition de nouveaux espaces littoraux sur la commune par le Conservatoire du Littoral

 Les actions de nettoyage littoraux, ruisseau du Grand Vallat, forêt, abords des chemins...

 La participation à la manifestation citoyenne du Collectif s’opposant au projet de recherche du gaz de schiste en Méditerranée (2012)


Cours d'eau du Grand Vallat

Jamais sec, ce petit cours d’eau (environ 3km) est mal connu. Il descend de la Colle Noire (grand barrage), traverse une zone agricole en  s’orientant parallèlement à la D 559 qu’il traverse par un souterrain sous le rond point de l’Europe, puis dans sa partie urbaine longe le parking du Macaron. Après une seconde traversée souterraine de la D559 il se dirige vers le port.


Les constats : au parking du Macaron, son lit est entravé d’arbustes, d’embâcles végétaux et de déchets. Succèdent ensuite des berges plus ou moins dégradées, des étranglements provoqués par des enrochements latéraux, des murs de soutènement ou d’habitations. Certains empiètent dans le lit sans respecter les règles d’urbanisme.   

Des canalisations s’y jettent, le traversent ou suivent son cours. Au bas de l’avenue Général de Gaulle,  la portion finale et souterraine se jette dans le port des Salettes près de la Capitainerie.

En période sèche, des pollutions (cf. nos lettres au Maire et constats par la police municipale) ponctuelles, toxiques pour la faune aquatique sont visibles (ex : anguilles mortes).

Par fortes précipitations, l’eau monte, d’autant plus brutalement que le lit urbain est un étroit «couloir», entraînant la destruction de berges et l’écroulement de blocs rocheux. A plusieurs reprises le bas de l’avenue Général de Gaulle fut submergé par les eaux. En 1999, près du pont piétonnier de la promenade Pompidou, 3 maisons furent inondées. 

 - En décembre 2014, les embâcles accumulés dans le lit provoquèrent le débordement sur le parking du Macaron puis l’inondation de la chaussée (D559) sous le pont de l’Europe. 

- Aujourd’hui, onze mois après (!), à l’approche des périodes d’imtempéries, l’état global n’a pas changé, hormis un mini toilettage municipal aux abords du pont piétonnier de la promenade Pompidou.

 

Le bilan :

- Les endigages réalisés sous les municipalités successives sont inadaptés aux précipitations.

- De nombreuses infractions aux règles d’urbanisme sont flagrantes. Quelles furent les vérifications ? 

- Bien que le code de l’Environnement (cf. art. L 215-2) impose ici aux propriétaires riverains d’entretenir la berge jusqu’au milieu du lit, des parties  privées et communales restent en l’état. 

 - En cas d’accident grave, ne conviendra-t-il pas de déterminer les responsabilités ? Nous interviendrons auprès du nouveau Maire.